user_mobilelogo

Comment savoir qui est qui ?

faq tournant a50x94

En Belgique (pour le moment) n’importe qui peut se prétendre (et même indiquer sur sa camionnette) qu’il est horticulteur ou paysagiste (architecte paysagiste, de jardin, etc.).
En effet ces titres et leurs abréviations ne sont pas (encore) assez protégés.

MAIS ATTENTION ! Ne signez alors jamais un acte public (plan, devis, facture, contrat) avec une qualification professionnalisante si vous n’en possédez pas les attestations ou les grades académiques.
En dehors du cadre législatif de la ‘protection des œuvres visuelles’, il s’agira ; d’un faux et usage de faux en écriture avec l’intention de tromper (art.196 du Code Pénal belge) ; ce qui annule ces actes et peut vous entrainer au Tribunal correctionnel.

Notez aussi que les termes "architecte" et "ingénieur", avec toutes leurs abréviations, sont très bien protégés par les lois en Belgique comme partout ailleurs.
A n’utiliser exclusivement que par les porteurs de ces grades académiques ou universitaires car se sont des grades qui engagent des responsabilités.
L’Ordre des architectes et les puissantes fédérations d’ingénieurs poursuivent systématiquement les abus à leur connaissance.
Et pour eux, notez aussi que la jurisprudence punit ‘au même tarif’ : l’employé – ouvrier ET son employeur.

Source : le directeur de l’Observatoire des Emplois du Service d’Investissement et de Recherche agronomique (SIRD®) ; Pierre Dohmen, MSc.Ing.AIHy ; Huy ; novembre 2018.

noattention 16Question de l'ARLFl à Monsieur Dohmen.

A partir du constat que +53% des CV sont inexacts (data : Salomé GARDANNE, Le Figaro, 08/02/2018) et que de ‘vrais-faux’ diplômes se négocient sur le web à moins de 40 €, comment être certain qu’un professionnel est bien diplômé ou certifié dans sa spécialité ?

REPONSE.
Certains sites professionnels comme LinkedIn® (par exemple) mais aussi les robots ATS-RMS des services de sélection recoupent plusieurs fois toutes les données d’un CV avec le Big Data, mais aussi avec les avis de vos ‘amis’, à propos de chacune de vos compétences...

Mais pour moi, la certification par ses pairs, témoins directs d’une formation professionnalisante, reste la garantie la plus fiable et transparente, à l’abri de toutes les formes de corruption.

Comment savoir qui est quoi ?

C’est assez facile !
Il suffit de taper le nom et la profession dans un puissant moteur de recherche (Google® pe) comme ceci, par exemple : « intext:: Nom(s) AND Métier profession titre ».

Si vous le retrouver dans un ANNUAIRE ALUMNI (promotions d’anciens étudiants) ou cité dans une NOMENCLATURE de SITE PROFESSIONNEL sécurisé (https://) et agrée (avec une personnalité juridique publiée officiellement), vous pouvez croire que cette personne est bien ce qu’elle prétend être.
Après, vous parcourez les blogs éventuels tout en restant vigilant car tout ce qui se voit sur le Web peut se trafiquer (sauf ce qui est cité plus haut).


GLOSSAIRE

Un TITRE précise les métiers à responsabilité et généralement sous l'autorité de ses pairs via un 'Ordre' (professions dites libérales) ou d'Union® et de Fédération®. 
Il est lié à l'obtention d'un GRADE.
En Belgique les "titres" sont une compétence fédérale (nationale), tandis que les "grades" relèvent des autorités régionales ou communautaires (et donc de leurs gourvements, lois et décrets respectifs).

Un GRADE est une formation professionnalisante de l'enseignement supérieur académique et/ou universitaire.

Un CERTIFICAT n’est pas un grade académique mais un document professionnalisant réglementé qui prouve la réussite/maîtrise d'un bloc de formation structurée et agrée de minimum 10 crédits ECTS ou CFC.

Une ATTESTATION est le document qui, sans conférer de grade académique ni de crédit professionnalisant, atteste de la participation évaluée ou non d'une formation d'apprentissage (art.15 du décret paysage du Gouvernement wallon du 7/11/2013).