user_mobilelogo

LUTTE contre le FRELON ASIATIQUE

Cette chronique actualisée vous permet de distinguer facilement les guêpes entre-elles mais aussi des abeilles méllifères et des frelons. 
"La survie ou l'évolution de plus de 80 % des espèces végétales dans le monde et la production de 84 % des espèces cultivées en Europe dépendent directement de la pollinisation par les insectes" (INRA 2022).
Il est important de protéger tous les insectes pollinisateurs car ils sont indispensables à nos cultures, aux parcs et aux jardins. Tous les observatoires naturels nous alarment à propos du déclin des espèces les plus sociables avec leurs sites de nidification et la raréfaction des fleurs à nectar abondant sur des périodes suffisantes.

  1.  HISTORIQUE des récentes découvertes : la guêpe poignard et le frelon asiatique
  2. TABLEAU COMPARATIF VISUEL pour reconnaître les frelons, les abeilles et les guêpes de 'chez nous'
  3. COMMENT ERADIQUER un nid de frelon asiatiques (les méthodes les plus efficaces) et protéger nos ruches.

Initiation à l'Art TOPIAIRE

Source : Frédéric CHEVALIER Ajp.AIHy. Secrétaire de la SRLF. Bruxelles .janvier 2020
Reprint et commentaires par P.DoHMEN, ingénieur AIHy chroniqueur au SIRD de l'asbl. AIHy. Huy. avril 2022.

AVERTISSEMENT.

Un jardin à la française est par définition, hyper organisé dans ses perspectives géométriques. Il doit générer une émotion plus ou moins ressentie comme toutes les œuvres d'Art selon le vécu de notre personnalité.
Cette architecture végétale qui remonte à l’antiquité gréco-romaine reste un exemple extrême où l'intervention humaine régule le développement spontané dit 'naturel' de la végétation ornementale.
SVP. Ne cherchez pas dans cette dynamique anthropocentrique une régression colonialiste de dompter dame Nature. Si ces jardins qualifiés dès le XVIIe siècle de Temple de la Raison restent magnifiques et respirent la santé au cours des siècles; c'est que ce monde végétal hyper ordonné s'est bien adapté et se sent en sécurité au sein d’une harmonie environnementale qui lui offre une protection contre tous ses prédateurs et la couverture de ses besoins hydriques et en électrolytes nutritionnels.
sirdlogo f64x22Depuis que les agronomes et biologistes , Wouter VAN HOVEN (1984), Jack SCHULTZ et Ian T. BALWIN (Science 221, 1983 -pour l’érable-),  ont observé dès 1980 dans les forêts naturelles d’Acacias et d'Eucalyptus la lente mais efficace réaction systémique en chaîne de cette forêt à augmenter l'indigestion de ses succulentes feuilles gorgées d'huiles essentielles par la production de toxines de plus en plus indigestes (sauf pour le koala qui s'y est adapté et peu la girafe), et depuis que, R. KARBAN (2008) et notre confrère A-B. ERGO (2008) ont confirmé scientifiquement les stratégies de communications du monde végétal (ERGO AB,2008), tous les agronomes et forestiers se posent la question d'une sorte de 'conscience mutualisée de soi' d'une forêt primaire. Nous découvrons de plus en plus la capacité efficace des milieux végétaux primaires (dénués de la capacité propre à l’animal de fuir ou de se battre) de communiquer sélectivement et de réagir collectivement et efficacement.
Oui, les plantes communiquent entre-elles par un langage physico-chimique complexe, réactif et ‘conscient’ par au moins 2 techniques : par la voie aérienne via leurs stomates jusqu’à l’extérieur de leur zone de confort (poche de gaz de CO2 ou d’éthylène, pe) avec des composés organiques volatils (VOC) et, par la voie souterraine via leur énorme réseau radiculaire.
L’ingénieur forestier Peter WOHLLEBEN (2017) a largement vulgarisé cette interconnexion communicative qu’il assimile à un "réseau Internet végétal" (bien démontré entre les espèces communes et les plus anciennes dans les milieux naturels primaires).
On peut donc raisonnablement penser que les arbres centenaires des parcs ont eu le temps d’établir aussi un réseau efficace qui les aident à inter-réagir aux prédateurs, à s’entraider en partageant des nutriments, à reconnaître et à protéger leur descendance et à avoir une conscience de soi de leur état végétatif et environnemental commun (si on leur en laisse le temps)…
Attention ! Loin des clichés simplistes à sensation, on ne peut pas soutenir scientifiquement dixit le Pr Edward FARMER (2014) que le monde végétal possède "un cerveau" ou tout système nerveux neuronal, même s’il possède bien une forme de ‘mémoire & apprentissage’ (Monica GAGLIANO, 2014) et des gènes de type GLR (Glutamate Receptor-Like)…
P. DOHMEN, MSc.Ing.AIHy (fondateur-directeur ho du SIRD); site ARLFl.be, Huy, 04/2022.

 ar50 versailles1   art50 versailles2

Définition et origine

L’art topiaire ou du paysage, du nom ‘toparia’ en latin, consiste à tailler des formes géométriques ou artistiques précises à l’aide d’un gabarit sculptural, sur les plantes qui s’y prêtent : arbustes, haies et massifs de sempervirentes (persistantes) comme le buis, le cyprès, l’if, le laurier à petites feuilles ou le lierre.
Cette technique remonte dans la nuit des temps. Une cinquantaine d’années av. J.C., le remarquable poète latin VIRGILE, au tout début du règne de l’empereur romain Auguste ainsi que PLINE le Jeune (61-113 pc) vantaient la beauté de l’art topiaire.

L'Ecosystème de la DÉSINFORMATION

dpprofil2020 250Auteur : Pierre DOHMEN MSc.Ing.AiHy. asbl. AIHy. Campus ISIa-HECh de Huy. Belgique. avril 2022.
Réimpression d'une chronique de l'INFO-AIHy N°158 (2020) et N°168 (2022).
P.Dohmen est le directeur-fondateur du Service d'Investisement de Recherche (agronomique appliquée) et de Développement du réseau alumni des ingénieurs AIHy et des Paysagistes diplômés du même réseau belge., le SIRD.
Cette chronique d'un agronome, d'un historien des sciences et d'un observateur de l'employabilité de ses collègues ne cherche ici qu'à vous INFORMER avec des références fiables. Licence © CC. BY-NC ("Open-Acess Paper si référencé SVP, par espect pour ma rédaction bénévole)
NDLR-SRLF.: Selon le réseau médiatique académique 'Academia.edu' (USA-CA), cette publication en 'Open-Source' est l'ORIGINAL de référérences bibliorgaphiques utilisées par de nombreuses publications dans le monde : USA (Berkley), Allemagne, Italie, Afrique du Sud, France, Pologne, Turquie (Turkish Journal of Computer and Mathematics Educations) etc...

Playdoyer pour une APPELATION d'INFORMATION d'ORIGINE CONTRÔLÉE

 HISTOIRE de l'INFODÉMIE GLOBALISÉE

Cette chronique est justifiée sur ce site éducatif dédié à la Nature afin de vous aider à structurer votre opinion référencée sur des faits, particulièrement à propos des désinformations en matière d'environnement et de climatologie.
Depuis le début de ce XXIe siècle, le développement exponentiel des réseaux médiatiques est inversément proportionnel à l'expérience partagée de la contreverse, de la recherche de la vérité factuelle et des évidences démontrées par les sciences exactes.
Les procédures numériques et digitalisées de traçage (espionnage) via notre smartphone ou PC et maintenant, de plus en plus via des objets aussi usuels que la voiture, la machine à café et le frigidaire, arrivent à maturité avec la mise en place de la transmission 5G.
L’OMS parle d'infodémie

chatbot f64Les robots qui répondent à vos appels téléphoniques, effectuent des sondages ou qui 'répondent' à des offres d'emplois se banalisent.
Cette technique de pointe associée à un compte automatisé, dit chatbot, est dopée par de l'intelligence artificielle d'autoapprentissage (IA) en ligne directe (grâce à la 5G) avec les milliers d'informations déjà stockées survous et moi dans le 'Big Data'.
Mais oui, c'est surtout NOUS tous qui avons alimenté, du moins au début, TOUT ce qui est dit, écrit, chatté, liké sur les réseaux sociaux, sur le Web et avec votre GSM. Chaques données est afflublées d'une ou de plusieurs dates, de leurs géolocalisations et de facteurs de 'fiabilité' et de 'ciblage'. 

Où vous allez et revenez et combien de temps vous restez devant une vitrine d'une grande surface (par exemple) révèle votre personnalité et même votre état mental.
Franchement, la si belle 'gratuité' de nos applications médiatiques devient une mine d’or, le nirvana, pour le webmarketing global et les plateformes médiatiques digitalisées